Liberté provisoire pour 7 collaborateurs d'un journal turc
Taghrib (APT)
Un tribunal d'Istanbul a ordonné vendredi la remise en liberté provisoire de sept collaborateurs du quotidien d'opposition Cumhuriyet, mais a maintenu en détention les principaux journalistes jugés dans le cadre d'un procès emblématique de l'érosion de la liberté de la presse en Turquie.
date de publication : Saturday 29 July 2017 11:38
Code d'article: 277199
 
Liberté provisoire pour 7 collaborateurs d
Le juge a ordonné la libération provisoire de sept accusés, dont le caricaturiste Musa Kart, mais a maintenu en détention préventive quatre piliers de Cumhuriyet : le chroniqueur francophone Kadri Gürsel, le journaliste d'investigation Ahmet Sik, le rédacteur en chef Murat Sabuncu et le patron du journal Akin Atalay.

"Ne vous en faites pas pour nous, nous sommes droit debout !", a lancé ce dernier après l'annonce de la décision du juge, a constaté l'AFP, suscitant un tonnerre d'applaudissements dans la salle d'audience pleine à craquer sous une lumière blafarde.

Outre le caricaturiste Musa Kart, Güray Oz, écrivain et journaliste, Bülent Utku, membre de la Fondation Cumhuriyet et Turhan Günay, le rédacteur en chef du supplément "Livres" du journal figurent parmi les accusés concernés par la remise en liberté provisoire. La prochaine audience a été fixée au 11 septembre.

Pendant que les proches des journalistes toujours écroués essuyaient leurs larmes, ceux des accusés appelés à être libérés se dirigeaient vers la prison de Silivri, à la lisière d'Istanbul, d'où les sept collaborateurs de Cumhuriyet doivent être relâchés dans la soirée, après 271 jours d'incarcération.

Le procureur avait demandé la remise en liberté provisoire de cinq accusés seulement.

Au total, 17 journalistes, dirigeants et autres collaborateurs actuels ou passés de Cumhuriyet, sont jugés depuis lundi pour avoir aidé diverses "organisations terroristes armées" et risquent jusqu'à 43 ans de prison.

 
Share/Save/Bookmark