Il est temps pour l'Occident d'abandonner sa fierté et ses préjugés dans la lutte contre le terrorisme
Agence de presse Taghrib (APT)
En cette ère où le terrorisme pose une sérieuse menace à la paix et au développement du monde, il est temps pour l'Occident d'abandonner sa fierté et ses préjugés pour consolider les efforts globaux afin de déraciner cette menace.
date de publication : Tuesday 26 January 2016 12:50
Code d'article: 219669
 
Des attaques des attentats de Paris, l'année dernière a été témoin d'une hausse des attaques terroristes visant les pays occidentaux.

Pendant trop longtemps certains pays occidentaux ont regardé les autres pays de leur soi-disant "piédestal moral". Sous couvert de la "démocratie" et de la "liberté", les pays occidentaux menés par les Etats-Unis ont souvent interféré dans les affaires internes d'autres pays.

La fierté occidentale se reflète également dans ses tentatives incessantes de transformer le monde islamique.

Les Etats-Unis ont proposé en 2003 l'"Initiative pour le Grand Moyen-Orient", qui visait à apporter une aide humanitaire à 22 pays de la région en collaboration avec l'Union européenne et à les aider à entreprendre des réformes politiques, économiques, culturelles et sociales.

De telles interférences ont provoqué une inefficacité politique et une instabilité sociale au Moyen-Orient, qui ont causé par la suite un sentiment anti-Occident et ont permis la croissance rapide de groupes extrémistes dans la région.

L'implication militaire occidentale en Afghanistan, en Irak, en Libye et en Syrie a en réalité transformé ces pays en terrains propices pour la croissance du terrorisme.

En outre, la position biaisée de Washington sur le conflit israélo-palestinien et son soutien porté à certaines dictatures ont renforcé les sentiments anti-Américains dans la région, qui sont l'un des principaux motifs des actes de terrorisme.

Deuxièmement, les pays occidentaux adoptent généralement une politique antiterroriste de deux poids deux mesures, ce qui a entravé les efforts antiterroristes mondiaux.

Les pays occidentaux traitent le terrorisme avec hypocrisie. Ils l'appellent terrorisme quand ils en sont victimes, mais le qualifient de révolution, de manifestation de démocratie ou de problèmes liés aux droits de l'Homme lorsque cela touche des pays idéologiquement incompatibles avec eux.

Nous sommes en droit de penser qu'ils considèrent la lutte contre le terrorisme comme étant un moyen de réaliser leurs stratégies et intérêts.

La loi anti-terrorisme adoptée récemment par la Chine a attiré des critiques de la part de l'Occident, qui a fait part de "graves préoccupations", jugeant que la loi ferait plus de mal que de bien face à la menace du terrorisme.

Les critiques des Etats-Unis à l'encontre de cette loi est un autre cas de la politique de deux poids deux mesures qu'applique Washington dans le traitement de la question de terrorisme.

La fierté et les préjugés des pays occidentaux, marqués par leur "piédestal moral" et le double standard appliqué dans leur politique antiterroriste, ont grandement nuit aux efforts antiterroristes et pourraient avoir des impacts négatifs encore plus terribles que le terrorisme lui-même.

"Le terrorisme ne connaît pas de frontières. Il n'y a pas de distinction entre un bon et un mauvais terrorisme. Il ne devrait pas y avoir de deux poids deux mesures dans la lutte contre le terrorisme", a déclaré le président chinois Xi Jinping dans son discours adressé à la Ligue arabe lors de sa récente visite au Moyen-Orient.

Le terrorisme, c'est le terrorisme. Peu importe où cela se produit, quelles qu'en soient la forme ou la raison, la communauté internationale devrait adopter une position claire et travailler ensemble pour le combattre.

Le président chinois a appelé à "une stratégie globale qui s'attaque à la fois aux symptômes et aux causes profondes" du terrorisme.

Face à la vague d'attentats terroristes qui ont ensanglanté le monde entier, il est grand temps pour la communauté internationale, en particulier pour les pays occidentaux, de combattre le terrorisme en s'attaquant à ses racines que représentent les conflits ou la pauvreté, renforçant l'intégration sociale et le dialogue entre les civilisations.
Share/Save/Bookmark